PJ profil du client : Maison Rondeau

November 9, 2021 Zoé Paradis

Lancée en 1934 avec l’acquisition d’un commerce existant, l’aventure de la Maison Rondeau en est aujourd’hui à sa 4ᵉ génération et la petite entreprise familiale est plus forte que jamais ! Distributeur d’équipements de cuisines pour commerces et d’accessoires culinaires, la Maison Rondeau prodigue également de judicieux conseils personnalisés auprès de celles et ceux qui démarrent leur entreprise de restauration.

La mission de l’entreprise est de fournir les meilleurs équipements et fournitures de cuisines commerciales répondant le mieux aux besoins des clients tout en s’alignant avec sa vision constante : améliorer l’expérience de chaque personne impliquée dans la logistique des cuisines commerciales, tout en créant de la valeur.

Monsieur Louis-André Rondeau, a bien voulu répondre à nos questions.

Pages Jaunes : Qu’est-ce qui vous distingue le plus de vos compétiteurs canadiens ?

Rondeau : La compétition est quand même assez féroce. Il y a peut-être trois, quatre gros joueurs dans la province. On est un petit peu plus petit, mais on a beaucoup d’inventaire. Ça, c’est quelque chose qui nous distingue. Les gens, quand leur frigo brise, ils en ont besoin tout de suite. Avec nous, pas besoin d’attendre, on les a en stock. On offre un service personnalisé qui sait répondre aux besoins précis. On travaille en collaboration avec nos fournisseurs. Quand le fournisseur est plus spécialisé dans un produit que nous, nous n’avons pas peur de l’engager dans le processus, de l’envoyer sur place.

PJ : À quelle étape de votre développement vous êtes-vous tournés vers Pages Jaunes, et à quels besoins désiriez-vous répondre à ce moment ? Quels sont les services dont vous bénéficiez auprès de PJ ? Ceux-ci ont été évolués avec le temps ?

MR : Ça doit faire pas loin de 10 ans que nous sommes avec Pages Jaunes. C’est vraiment eux qui nous ont fait faire le virage numérique. On travaillait auparavant avec le téléphone et du papier. On avait peur un peu de ça, puis petit à petit on a créé un site web avec eux, on a acheté l’optimisation des mots-clés Google, des bannières… On a vraiment commencé petit, puis après ça nous étions rendus avec toute la ligne complète de services.

Présentement, on a diminué un petit peu à cause de la COVID. On a dû se rajuster, car la restauration a été très touchée. On avait des publicités sur YouTube. On avait pas mal tout ce qui était disponible.

PJ : Vous considérez vos clients comme des partenaires, voyez-vous du même œil votre relation avec l’équipe PJ ?

MR : Oui, c’est un partenariat. Nous autres, on a des rencontres tous les mois, toujours la même journée. On a un appel vidéo. On discute toujours des résultats du dernier mois. On regarde si ça s’est bien passé, on apporte des correctifs ; parfois, c’est saisonnier, comme les machines à glace en été. À la dernière rencontre, on a retiré tout ce qui était promotion d’ameublement de terrasse. On y mettait moins de budget. Donc, on vise l’optimisation du budget, à mieux cibler les besoins actuels de la clientèle, puis on regarde ce qui marche, ce qui ne marche pas. On est en train de développer de nouveaux marchés avec eux, le Nouveau-Brunswick entre autres et les Maritimes.

Aujourd’hui, la partie numérique, si on ne l’avait pas, on ne serait peut-être plus ici. C’est vraiment un partenaire essentiel.

PJ : Comment votre partenariat avec PJ a-t-il amélioré votre productivité et la qualité de vos relations avec vos clients établis et futurs ? Comment vous êtes-vous hissés à la tête de votre industrie ?

MR : Ça nous a aidé surtout du côté de la prospection des clients ; plein de gens ne nous connaissaient pas, on était surtout connus à Québec. Maintenant, notre terrain de vente est vraiment devenu toute la province.

Notre camion est rendu à Montréal toutes les semaines, ce qu’on ne faisait pas avant. On se faisait beaucoup connaître partout, dans les institutions publiques, les garderies, les restaurants, et aussi les commerces où on ne pensait pas vendre normalement. Ça peut être des dépanneurs ou des centres sportifs qui ont besoin de frigos. Ce n’est pas nécessairement notre clientèle cible au départ, mais ce sont des gens qui ont besoin de nos produits. Alors, c’est vraiment un bon partenaire pour développer de nouveaux marchés.

Nous travaillons sur deux fronts : il y a l’image de marque qu’on développe, et on travaille les réseaux sociaux avec Pages Jaunes. Ce sont eux qui gèrent nos publications, qui font nos annonces sur Facebook. Et puis, il y a le côté « vente » de nos produits avec le site web et le catalogue.

PJ : Le succès se bâtit sur les erreurs de parcours. Comment avez-vous surmonté ces « erreurs » ?

MR : C’est certain qu’il faut toujours bien s’entourer, aller chercher des spécialistes dans ce qu’on connaît moins. De notre côté ce qui est important, vu qu’on n’est pas nécessairement le plus gros joueur de notre secteur, c’est d’avoir de bonnes relations avec nos fournisseurs et des partenariats à long terme. On veut devenir des joueurs privilégiés, alors on s’engage à long terme.

Article précédent
Des façons créatives de demander des avis clients
Des façons créatives de demander des avis clients

Les évaluations entre pairs sur des sites Web et des plateformes sociales tiers sont extrêmement importante...

Article suivant
Cinq façons dont la pandémie a changé le marketing
Cinq façons dont la pandémie a changé le marketing

La pandémie a changé les habitudes de consommation à bien des égards. Les entreprises physiques ont fait pa...

×

Prénom
Nom
Nom d'entreprise
J'accepte de recevoir par courriel d'autre contenu promotionnel et éducatif des Pages Jaunes
Merci!
Error - something went wrong!